Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
WHEREISTHEONE - ou Marjorie à la recherche de Mister Right

WHEREISTHEONE - ou Marjorie à la recherche de Mister Right

Rechercher l'âme sœur quand on est célibataire à 34 ans (déjà!) et qu'on a "tout pour plaire" paraît-il...Searching for Mister Right, when you are 34 (already) and have "almost" everything...

voyageuse

Me revoilà dans une gare en ce lundi matin de début avril. Cela faisait un petit bout de temps maintenant que je n’y avais mis les pieds, malgré toutes ces allées et venues des six dernières semaines. Ca change de la voiture, de l’avion et des aéroports, du ferry et des ports, et l’ambiance est toujours si particulière. Ce matin, j’ai tout de même trois heures à attendre ici, à Bruxelles, avant d’attraper le train qui me ramènera près de St Nazaire, à la maison.

 
J’aime voyager, me déplacer, et bien souvent le voyage importe tout autant que la destination elle-même. Etrange sensation de faire partie de tous ces gens qui ne sont que de passage, tout comme moi. J’observe toujours cette fourmilière qui s’active autour de moi et ces personnages qui déambulent.

 
Beaucoup de gens voyagent seuls, comme moi. Je suis assise dans le food court, en plein milieu de la gare. Certains lisent, d’autres mangent, d’autres encore écrivent sur leurs carnets de note, sans parler de ceux qui sont à demi assoupis sur leur coin de table. Il y a aussi un jeune cadre dynamique qui pianote tout comme moi sur son clavier presque en face de moi, un gros commercial qui a l’air de n’avoir pas mangé depuis des années tant il dévore son sandwich, et la jeune fille qui partage son carré de chocolat avec son chien noir, brave petit bâtard qui est assis près de sa maîtresse bien sagement, heureux comme un chien tant qu’il suit son maître dans tous ses déplacements. Moi entre parenthèses, je pense à ma Roxane que je vais retrouver ce soir, j’ai hâte de rentrer pour cette raison. Pas facile d’être séparée des êtres qui nous sont chers et qui font partie de notre univers quotidien, mais parfois la vie est étrange et demande des concessions. On ne peut pas tout avoir en même temps.


Il y a aussi dans ce hall, les femmes de ménage qui ramassent les papiers que les gens dégoûtants jettent sur le sol ; les serveuses, qui nettoient les tables, et effacent toute trace d’utilisation par le précédent passager, faisant place nette pour le prochain qui viendra s’y installer, boire son café, lire son bouquin, se restaurer. Et les types de la sécurité, qui font leur ronde, l’air de rien, deux par deux, histoire de faire régner une impression de sécurité, de sérénité.

 

Tant de gens différents, n’ayant que pour seul point commun celui de prendre un train, un jour, vers une destination ou une autre. Et les autres, qui animent ce petit monde, le régulent, le nourrissent, bref, toute la logistique autour des foules, tous ceux qui la canalisent.

 

Moi j’ai allumé le PC pour travailler, tuer le temps utilement, et me changer les idées que j’ai un peu moroses ce matin, car pas envie de rentrer chez moi. Et finalement, je n’ai pas de connexion Internet, donc tant pis, je ferai sans. A la place, j’écoute ma musique, le dernier CD de Christophe Maé, extraordinaire artiste, dans le look, la couleur musicale, bref, une des révélations du Roi Soleil, spectacle non moins extraordinaire. Pour les fans de vraie musique, de jolies choses, de spectacles musicaux, les fans d’Histoire de France, les amoureux des belles voix, les sorties inoubliables, il est clair que je recommande de courir aux dernières représentations du Roi Soleil, sans oublier pour les plus sensibles, le paquet de mouchoirs… J’avais déjà parlé de ce spectacle il y a un peu plus d’un an lorsque j’ai eu la chance incroyable d’y assister (dans l'article ici, et un autre sur Madame de Maintenon ici), mais si je pouvais y retourner, là, tout de suite, je n’hésiterais pas une seule seconde.

 

Pour en revenir aux passagers des gares, ils n’ont pas l’air plus réveillés que moi ici, tirés de leur lit bien trop tôt, peut-être, ou en transit entre deux trains, aucune idée. Rentrent-ils chez eux, au sein de leur famille après un temps d’absence qui leur a semblé une éternité ?

Ici à Bruxelles, on débute les vacances de Pâques, alors, partent-ils en vacances, leur valise regorgeant de maillots de bain et de crème solaire, ou bien de combis de skis ? Ou au contraire, reviennent-ils de vacances des souvenirs plein les valises et pleins la tête ? Ont-ils quitté des gens qu’ils aiment, ce matin ou même hier soir, pour filer à des centaines de kilomètres de là ? Vont-ils rejoindre leurs bien-aimés ? Fuient-ils quelque part ?

 

Parfois il serait intéressant de savoir tout des gens en les observant ne serait-ce que quelques minutes, comme en lisant dans une boule de cristal. Poser son regard quelques minutes sur un visage et connaître l’histoire de la personne, son but dans cette gare, et d’où elle vient, où elle va, pour combien de temps, etc…

 

Tant de gens si différents qui ne se parlent pas, et se regardent à peine. Etrange lieu de passage sans contacts humains, malgré tous ces gens ici. Et moi qui ne suis aussi que de passage, et qui aurai oublié les heures d’attente ici ce matin, une fois rentrée chez moi, une fois replongée dans mon boulot, mes préoccupations, ma vie, mon train-train.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Bardamu 22/04/2007 23:36

Salut, Moi ce que je me demande c’est quelle peut bien être la nature de ton entreprise ? Qu’est ce qui t’oblige à faire de autant de déplacements aussi souvent ? Et pourquoi toujours à l’étranger ? Tu vends quoi ? Un produits ou un service ?

Whereistheone, ou Marjorie 24/04/2007 14:25

eh bien la nature de mon entreprise, c'est de la prestation de services à l'international, donc je ne bosse pas en France, je ne fais qu'y vivre, justement :-)

gaby 09/04/2007 00:12

coucou toi.........
ha....moi les gares j\\\'adore j\\\'y passe souvent et ce n\\\'est pas trop dure de m\\\'y reconnaitre, je suis le gars là bas avec le sac à dos qui depasse de sa tête. ben oui le vrai routard avec sac a dos et tout ce qu\\\'il faud dedans de la brosse à dents au dernier Marc Lévy. ha... le sac à dos fidéle compagnon du voyageur tous terrain. les rencontres là aussi tip top.........! du SDF avec son chien qui croit avoir rencontré un compagnon d\\\'infortune à la petite mamie qui te livre ses vacances en vrac avec au passage le gendre gindé au pas possible....! parfois une jolie rencontre avec une belle le temps d\\\'un voyage d\\\'une nuit volée au temps qui passe et qui au petit matin s\\\'en retourne vers les siens te laissant tout dégoulinant d\\\'amour furtive peu être une adresse ,un numéro de phone qui te dit je suis absente laisser votre message.....et nana ni et nana na...
ha.......les gares tient il faudra un jour que je fasse la liste de toutes ces gares dont j\\\'ai le souvenir.
bises à toi et joyeuses Pâques....gaby.

Whereistheone, ou Marjorie 09/04/2007 12:30

Merci Gaby d'être passé par là et de nous avoir fait partager ça ;-)Eh oui, les gares, on pourrait en raconter des histoires avec tous ces gens qui passent... En tous cas, quelle que soit ta prochaine destination, savoure ton voyage tout autant que les précédents!!!Bises Gaby, et à bientôt

n&i 05/04/2007 09:26

Bonjour,
Oui comme le dit leur campagne de pub, la sncf ca change de l'avion-avion quotidien... :-)
Bisous doux !

Whereistheone, ou Marjorie 05/04/2007 10:29

ah bon? Ben ça alors, je ne connais pas la pub, mais j'adore le jeu de mot ;-)Il faudra que je pense à allumer ma télé de temps en temps, et pas seulement pour la Nouvelle Star ;-)Bises Neph

laurent 05/04/2007 09:07

Une gare, petit condensé de la vie.Des gens qui vont, qui viennent, des regards à peine croisés qui déjà disparaissent, des milliards de trajectoire qui un instant seulement convergent vers ce lieu, aiguillage statique au milieu du tumulte.Nous sommes tous de passage, dans la vie comme dans une gare.bien amicalement

Whereistheone, ou Marjorie 05/04/2007 10:28

eh oui, pensée bien philosophique qui ne me surprend guère de ta part cher Laurent :-)Oui, de passage... Triste, mais bien réel. Alors profitons pendant que nous sommes là, bises et bonne journée