Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
WHEREISTHEONE - ou Marjorie à la recherche de Mister Right

WHEREISTHEONE - ou Marjorie à la recherche de Mister Right

Rechercher l'âme sœur quand on est célibataire à 34 ans (déjà!) et qu'on a "tout pour plaire" paraît-il...Searching for Mister Right, when you are 34 (already) and have "almost" everything...

Etre ensemble

Lorsque l’on observe les gens, les couples plus précisément, on constate tant de différences chez certains. Si certains couples semblent en tous points similaires (physiquement parfois), il en est qui sont si différents.


Il y a deux proverbes qui me viennent en tête.

Les extrêmes s’attirent

Et bien évidement, son anti-thèse :

Qui se ressemble s’assemble

 

Alors je ne sais pas lequel est le plus véridique au final. Il est si complexe de former un couple.

Déjà, vivre avec soi n’est pas la chose la plus aisée qui soit. Il faut se connaître, s’accepter, avec ses défauts, et tout en connaissant ses qualités, ses forces et ses faiblesses, ses envies et ses possibilités.

Trouver l’autre et vivre avec est d’autant plus complexe encore.

Trouver quelqu’un peut sembler aisé, si tant est que l’on soit peu difficile. C’est en effet une chose aisée que de trouver une personne, et tenter de se lancer dans une histoire. Mais bien vite, l’histoire s'essouffle, se termine, rattrapée par la dure réalité.

 

Des différences de comportement


Lorsque j’observe mon entourage, je vois des amis célibataires qui sont tous très différents. Il y a ceux qui passent d’une histoire à l’autre sans se poser de questions. J’ai une amie qui n’est jamais restée plus de trois jours célibataire, car elle déteste la solitude et préfère être avec quelqu’un quel qu’il soit, plutôt que d’affronter sa solitude. Un de mes amis est identique, ce qui me surprend moins de la part d’un homme (je sais, je fais du sexisme là encore). Les hommes, pour la plupart, on le sait, détestent être seuls et préfèrent être accompagnés, coute que coute, quite à changer de « copine » dès qu’une occasion plus belle se présente (sans parler de ceux qui font dans le simultané pour éviter la monotonie). Dans ces façons de faire, certains se justifient dans le fait qu’ils tentent de donner toutes leurs chances à une histoire, en se disant qu’ils donnent la possibilité de voir naitre quelque chose. Moi c’est une philosophie à laquelle je n’adhère pas, mais que je peux comprendre. Se dire « bon, pourquoi ne pas essayer ? » je sais que cela peut surprendre, mais il y a bien des cultures au sein desquelles les mariages arrangés finissent par très bien fonctionner, alors que certaines personnes soient persuadées que l’amour peut naître de rien, cela ne me surprend guère.


A l’inverse, il y a ceux qui préfèrent être seuls que mal accompagnés, (dont j’ai toujours fait partie d’ailleurs), ou bien encore ceux qui préfèrent leur célibat car ils se remettent d’une rupture douloureuse et ont besoin de temps pour réparer leur blessure. Complètement le contraire, puisque ces gens là sortent seuls, vont au cinéma seuls (à la surprise de certains d’ailleurs) se sentent souvent « étrangers » parmi des couples qui marchent, bref, se sentent parfois montrés du doigt parce qu’ils sont considérés comme « hors norme »

Cela dit, je pense que cette dernière catégorie de gens est bien plus lucide sur les relations humaines, la difficulté d’être avec l’autre, et la complexité de trouver la bonne personne. Recul oblige, ces gens qui ont le temps de réfléchir sont selon moi mieux armés pour trouver la bonne personne.

 

Différences et similitudes


Parce que s’il faut des différences, il faut aussi un minimum de similitudes. Si la religion n’a plus la même importance de nos jours, si la couleur de peau n’en a plus non plus (à part pour certains), et que le milieu social n’est plus forcément un critère, il y a d'autres éléments fondamentaux qui font que les gens peuvent ou pas se rencontrer et s’entendre :

le tempérament et le caractère,

le mode de vie,

la sensualité et la sexualité,

la philosophie de vie,

les valeurs,

l’éducation,

la sincérité,

le désir de s’investir

et le fait d’être psychologiquement prêt à former un couple avec une autre personne. 

Je parle là de la différence fondamentale entre « sortir avec » pour être accompagné, et « être ensemble » qui n’a selon moi rien à voir.

Je parle aussi du fait d'être déjà soi pour pouvoir alors être capable de faire partie d'un "nous", sans aucune domination de part et d'autre, mais dans l'équilibre.

 

Bref, tant de choses si impalpables au final, si subjectives aussi, qu’il est difficile de déceler cela chez une personne inconnue, à moins soit d’une intuition incroyable, soit de prendre le temps de la connaître.

Et puis bien évidement, au-delà de cela, il y a aussi une chose d’autant plus impalpable qu’elle est indépendante de notre volonté, et qu’elle est impossible à commander, c’est la naissance ou non des sentiments, le désir d’être avec l’autre, de partager du temps avec lui ou elle, bref, l’envie de partager.


 

Il y a tant de gens avec lesquels on peut « sortir » et se demander au bout d’une semaine ce que l’on peut bien faire avec. On a tous ces exemples, moi la première, de types avec qui je me demande bien encore quelle idée a bien pu me traverser l’esprit de me mettre avec (la jeunesse et l’inexpérience, dans ce cas, est une excellente excuse)…

Sans parler des histoires « courtes », qui ne servent qu’à satisfaire un manque affectif de courte durée chez deux solitudes qui se rencontrent et sont en phase à ce moment-là, des histoires de cul qui sont aussi des satisfactions de courte durée mais indispensables par moments (cf : sex partner).

 

Qu’est-ce qui fait que certains courent après l’amour toute une vie et ne tombent jamais sur les bonnes personnes ? qu’est-ce qui fait que d’autres trouvent dès leur plus jeunes années et passent leur vie entière avec la même personne, amoureux comme au premier jour ?

Je ne sais pas si certaines personnes sont plus douées que d’autres, mais je pense sincèrement que l’honnêteté et la sincérité, envers l’autre comme envers soi, sont indispensables, tout autant que la capacité à faire des concessions, à éviter l’usure, l’ennui, l’érosion causée par le train-train, la monotonie du quotidien.


Moi qui ai toujours admiré les couples longue durée, je me demande ce qui les fait tenir ensemble, traverser les épreuves de la vie, les étapes plus ou moins difficiles, tout en gardant intact ce sentiment qui les unit, qui les soude peut-être même davantage au fil du temps.

Je me demande aussi si l’on est tous capables d’un tel exploit, le jour où l’on tombe sur la personne qui est faite pour nous.

 

Tristes réalités

Les sondages démontrent que les enfants de divorcés ont une chance sur deux de divorcer eux aussi, alors que les enfants issus de couples unis sont mieux armés pour former un couple longue durée. Statistiquement, je suis déjà mal barrée, a priori, ayant des parents divorcés et des grands parents divorcés du coté paternel comme maternel (sans parler que j’ai déjà un age avancé, ce qui me fout un peu mal pour partager 50 ans avec le même homme).

Mais, comme je ne crois pas aux sondages, et que je pense que l’on fait de sa vie ce que l’on veut bien en faire, alors pourquoi pas. En plus, j’ai l’esprit de contradiction, je ne suis pas comme tout le monde et ne suis jamais rentrée dans des cases…

 

Il ne faut pas non plus oublier la capacité de chacun dans le couple à pouvoir accepter l’autre, tel qu’il est, et non forcément tel qu’on voudrait qu’il soit. Parce qu’il faut probablement faire le deuil de l’homme parfait ou de la femme parfaite que l’on a en tête.

Il n’y a pas de partenaire parfait mais un partenaire idéal pour soi, comme on peut l’être pour lui ou elle. Et il faut le reconnaître, avec ses qualités, ses défauts, sa personnalité, sans oublier que changer la personne est impossible.Cela dit, si l’on ne peut changer quelqu’un on peut parfaitement sublimer l’autre en lui faisant découvrir et mettre en avant les talents et dons qu’il a en lui ou en elle. Cultiver le bon pour en extraire le meilleur…

Ca me rappelle une chanson qui dit « you bring out the best in me », mais impossible de me souvenir qui la chante, le titre, ni même l’air… Ah ! Quand Alzheimer nous guette…

 

Enfin, être avec quelqu’un ce n’est pas simple.

Ce n’est pas un jeu vidéo sur lequel on pourrait appuyer sur « reset » lorsque l’on est insatisfait, et on ne rejoue jamais une partie…

C’est une question de dosage subtil et d’équilibre, de partages dans tous les domaines, d’affirmation de soi et de liberté laissée à l’autre dans le même temps, bref, tout un programme… Sans mode d’emploi, bien entendu…

D’où la nécessité possible d’être assez semblable à l’autre dans la manière de penser, de fonctionner, de voir les choses.

 


Alors, pour en revenir aux proverbes du début de l’article (oui, j’en ai mis une tartine aujourd’hui!) les extrêmes s’attirent probablement, pour leurs différences, leur exotisme peut-être. Quand je regarde mes histoires d’amour, il est clair que je n’ai été attirée que par les mauvaises personnes bien souvent, qui étaient foncièrement différentes, éloignées de moi dans bien des domaines : culturel, intellectuel, social, racial, religieux, idéologique, etc… et bien sûr, ces histoires étaient vouées à l’échec à plus ou moins long terme.

Pour durer, je suis persuadée qu’il faut des similitudes pour souder un couple, et que c’est cela qui fait se prolonger ou non une histoire…

 

Alors, les extrêmes s’attirent mais comme les aimants, finissent par se repousser fortement…

Quant à dire que « qui se ressemble s’assemble », j’aurais tendance à dire que c’est plutôt vrai. Mais là encore, il faut malgré tout quelques différences subtiles pour que chacune des personnalités puisse s’affirmer malgré tout, car je ne crois pas en la fusion d’un couple, ni à l’entente parfaite en tous points.

 

On ne doit pas chercher sa « moitié », expression que j’ai toujours trouvée bien stupide, mais « son autre » à la fois complément et âme sœur, mais individu à part entière…

 Vive les différences dans les similitudes!

Ah… s’il existait une recette magique, elle se vendrait à prix d’or…

 

Illustrations : Steve Hanks pour la première, puis Renate Holzner

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

ELENA 15/04/2007 11:43

ben c´est clair...lol
Je crois que l´âge...commence.......á te trahir.................lol
je plasainte........
Ben oui t´as eu coup de nostalgie lá......AH LA LA...ton coté manouche te trahi..lol
t´es trop sincère lá...........lol.
Ton anniversdaire peu être..........
Chapeau yeux bleus.........mais il est ou se where is......
QUELQUE PART.
JE T´EMBRASSE ET TE SOUHAITE LE MEILLEUR
ELENA
 

Whereistheone, ou Marjorie 17/04/2007 09:53

Merci Elena, et à tres bientot !

jardi85 06/04/2007 07:31

Une grande reflection....chapeau.....Bon week end
 

Whereistheone, ou Marjorie 06/04/2007 12:09

Ben merci Jardi...Comme quoi certaines blondes peuvent réfléchir; non? ;-)Bon week end a toi aussi, et ne mange pas trop de chocolat, surtout ;-)

Olivier 05/04/2007 18:18

Bonjour  Je viens de retrouver ma voix. Rien n'est certain dans une histoire à deux. C'est en la vivant et en la faisant vivre que tout devient possible.Mais la question est avec qui ? Et la tout peut devenir compliqué.Peut être que trop de questions n'est pas bon aussi. Le coeur et la raison, deux choses qu'il faut peut être dissocier de temps en temps.

Whereistheone, ou Marjorie 05/04/2007 18:39

"C'est en la vivant et en la faisant vivre que tout devient possible."Moi j'aime bien, oui :-) c'est tellement vrai...En tous cas, je vais arrêter de me poser des questions, alors, t'as raison, ej gamberge trop sûrement!!!

Helene 05/04/2007 12:34

Wow, c’est une apologie entière du terme « couple » et tout ce qu’il implique. J’ai lu attentivement tout le texte et je me retrouve dans chacun de tes exemples bien qu’il soit bizarre à croire. Je crois que jusqu'à un moment donné chacun de nous va trouver une personne qui reste auprès de lui pour la fin de ses jours, ce qui est variable est l’age quand cela se passe.

Whereistheone, ou Marjorie 05/04/2007 12:46

oui, peut-etre, mais ce n'est jamais évident en fait...Ca parait simple , mais c'est si complexe et compliqué parfois...Ah la la... En tous cas, ça fait tourner le monde depuis des siècles :-)Bises Hélène, merci de ton passage!

Olivier 05/04/2007 11:50

Euh!!!!!!

Whereistheone, ou Marjorie 05/04/2007 12:45

euh quoi? ;-)ça te laisse sans voix, Olivier???Bises quand meme et quand tu auras recouvré la parole, reviens vite! Bonne journée!