Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
WHEREISTHEONE - ou Marjorie à la recherche de Mister Right

WHEREISTHEONE - ou Marjorie à la recherche de Mister Right

Rechercher l'âme sœur quand on est célibataire à 34 ans (déjà!) et qu'on a "tout pour plaire" paraît-il...Searching for Mister Right, when you are 34 (already) and have "almost" everything...

Quelqu'un... simplement

Il y a des soirs, même quand je m'amuse avec des amis, en sortie, après un bon resto, un petit délire entre potes, un bon spectacle ou un super film au ciné, j'aimerais avoir quelqu'un vers qui revenir quand je rentre.

Juste quelqu'un.
Parce que rentrer chez soi, c'est bien.
Etre accueilli, c'est mieux.
Mais moi, ce sont mes fauves qui m'accueillent, et malgré leur bonheur de me voir arriver, toujours intact, malgré leur gaieté quand j'apparais et la fête qu'ils me font, je ne suis pas pleinement satisfaite.

couple-endormi-2.JPG

J'aimerais avoir quelqu'un vers qui revenir.

 

Comme un port d'attache. Pas forcément être collé à l'autre en permanence, pas d'étouffement mutuel, non, pouvoir sortir aussi de mon coté, tout comme lui, avoir chacun ses activités, que j'aie aussi mes amis, mon sport, bref, avoir ma vie à moi, mais avoir quelqu'un.

Quelqu'un avec qui je partage aussi des activités, bien entendu, car le partage me semble indispensable au sein d'un couple. Des balades en forêt, sur la plage, à la campagne, des soirées au coin du feu ou au cinéma, des pique-niques en plein été au bord d'une rivière, des visites culturelles, d'expos ou de musées, des après midi sportives (kart, bowling, accro-branches, etc...) La vie quoi! Mais pas besoin non plus de ne vivre que par et pour l'autre, vivre ensemble sans s'étouffer. Mais avoir quelqu'un avec qui l'on est bien, et que ce soit réciproque. Avoir quelqu'un pour soi. Vraiment. J'aimerais cela, pour revenir à lui, vers lui, pour lui.

 

Celui que je retrouve malgré tout, après tout le reste.

 

Le seul, qui, au final, compte vraiment, car c'est auprès de lui que l'on revient et que l'on s'endort, celui avec qui on partage ses nuits. L'ancrage, sûr, solide, indubitablement là, toujours.

 

Avoir une présence, un regard, une main, une épaule, une chaleur, bref, une autre personne, une autre âme, un équilibre retrouvé lorsque je suis à ses cotés.

Quand je rentre, pouvoir me jeter dans les bras de celui qui m'attendrait, le couvrir de bisous, et lui raconter ma journée, en l'écoutant me raconter la sienne.


Un truc bête, au final, simple, presque facile, banal.



Bien sûr, et probablement comme tout le monde, il m'est arrivé, après des soirées épuisantes, assommantes ou tout simplement fatigantes parce qu'elles trainaient en longueur, de me dire que j'aimerais bien rejoindre mon homme et laisser les autres à cette soirée chiante ou ennuyeuse.


Tout comme il m'est arrivé aussi, en rentrant tard, de me dire que si au moins j'avais un homme endormi dans mon lit, je pourrais rentrer discrètement, et venir me blottir contre lui, sans le réveiller, mais en le couvrant de bisous tout en l'enlaçant, pour pouvoir enfin m'endormir, reposée et sereine, contre sa chaleur, dans son odeur, tout contre sa peau.

  

Parce qu'il serait le seul vers qui j'ai envie de revenir, toujours.couple-endormi-3.JPG

 

Le seul qui me donne l'envie de rentrer pour me blottir contre lui.

 

Le seul qui puisse me faire écourter une soirée s'il n'y est pas présent.

 

Celui qui m'attire, celui qui m'apaise, me sécurise, me rassure, et me donne envie d'être à ses cotés.



C'est d'une banalité à faire pleurer, je sais.

Mais ce sont les choses les plus simples, parfois, qui sont les plus belles.

Celles aussi qui semblent parfois inaccessibles, alors qu'elles suffiraient à nous combler de bonheur.


Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article