Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
WHEREISTHEONE - ou Marjorie à la recherche de Mister Right

WHEREISTHEONE - ou Marjorie à la recherche de Mister Right

Rechercher l'âme sœur quand on est célibataire à 34 ans (déjà!) et qu'on a "tout pour plaire" paraît-il...Searching for Mister Right, when you are 34 (already) and have "almost" everything...

où sont les hommes?

Patrick Juvet chantait « où sont les femmes ?» il y a de cela une bonne vingtaine d’années. J’étais une gamine, mais je m’en souviens très bien…

 

"Où sont les femmes,

Avec leurs gestes pleins de charme ?

Dites-moi où sont les femmes ?"

Etc…

 

De sa petite voix fluette et hyper aiguë, cette chanson nous bassinait à longueur de journée, en pleine folie de l’époque Disco – paillettes – cols pelle à tarte, etc


Probablement qu’à l’époque, les femmes avaient évolué d’un seul coup, avec Mai 68, l’arrivée de la pilule, la légalisation de l’avortement, l’indépendance assumée des femmes, leur volonté de s’affranchir du rôle de mère au foyer et quasi servante de l’homme, bref, la femme prenait alors sa place, méritée je dirais, mais au risque de déstabiliser certains hommes engoncés dans leur culture du mâle dominant.

 

De nos jours, j’aurais plutôt tendance à crier le contraire moi :

 

« Où sont les hommes ? »

 

Parce que des gamins, des lâches, des ados pré-pubères, on en trouve à la pelle.

Sans parler des hommes qui n’assument rien, qui fuient les responsabilités, qui ne jurent que par leurs bandes de copains mais ne s’engagent jamais à rien,

Ceux qui sont infidèles,

Et aussi, j’oubliais, une bonne dose de salauds.

 

Il est clair aujourd’hui que beaucoup d’hommes démissionnent et fuient toute forme d’engagement. C'est tellement plus facile, plus reposant, de ne pas avoir de responsabilités et tellement mieux d'avoir plusieurs femmes en même temps plutôt qu’une seule dont il faudra s’occuper, à qui il faudra rendre des comptes, bref, de ne surtout pas se responsabiliser et rester un gamin le plus tard possible.

 

Pourtant, voir un papa s’occuper de son fils, c’est attendrissant. J’en vois régulièrement lorsque je vais à la piscine le dimanche matin, et je trouve que c’est mignon. Ce matin, entre un papa qui avait du mal à tenir son fils dans les vestiaires tellement celui-ci avait hâte d’être dans l’eau, et un autre un peu débordé car il emmenait trois garçons d’un seul coup (mon dieu, quel job !!!) moi j’observe tout ce petit monde, et je pense que les femmes qui ont ce partenaire-là ont de la chance… Elles ont trouvé la perle rare, un homme qui sache non seulement s’occuper de lui sans ses potes, mais qui sache aussi s’occuper de sa progéniture ; un vrai bonheur !

 

Cela dit, peut-être que l’homme cesse d’être un gamin lorsqu’il devient père lui-même ?

Ou bien est-ce qu’il y a des hommes prédestinés à être de bons pères ?

Et d’autres à rester d’éternels adolescents immatures ?

Je ne sais pas…

 

Mais quand je vois certains de mes potes qui sont pères célibataires, qui me disent de

chercher un père célibataire pour trouver un homme responsable,

je me dis parfois qu’ils n’ont peut-être pas tort...

Mais bon, c'est pas écrit sur leur front non plus, hein?

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Bardamu 20/02/2007 23:04

C’est vrai qu’en 20 ans les hommes ont beaucoup changé. Ils ont changé tout simplement parce que la société et les femmes ont aussi changé. Aujourd’hui les qualités sociales et humaines que possédaient nos grands pères sont devenues des défauts dans notre société. Les femmes n’ont plus voulu reproduire le schéma familial de leur mère et sont devenus très exigeantes. Toujours moins mère toujours plus séductrice, elle envisagent leur partenaire comme un allié qui doit tout faire. Etre un bon mari, un bon père, un bon amant, un bon prince charmant, un bon partenaire sexuel, un bon chef de famille (lorsqu’il s’agit d’aller se faire casser la gueule par un plus baraqué qu’a grillé la priorité), être un bon salarié de sa femme quand il faut obéir, exécuter les différentes tâches quotidiennes comme s’occuper de la maison, des courses, s’occuper au même titre que la femme des enfants tout en continuant à assurer les tâches traditionnelles masculines comme l’entretien de la maison à l’intérieur et à l’extérieur, celui de la voiture et celui relativement nouveau mais ho combien prenant de la recherche et du traitement de l’information. Trouver la bonne information parmis les masses et les pléthores de pages Internet pour acheter l’équipement ou le service au meilleur rapport qualité prix. La femme salariée (ou patron) d’aujourd’hui entreprend sa vie comme une vie d’homme en occultant presque son rôle de procréatrice et plus important encore son rôle de mère. La femme véritable chef d’entreprise de son foyer clou son homme à ce nouveau schéma sociétal sous la menace spécieuse pour celui qui voudrait s’en affranchir de n’être qu’un « sale gros con de machiste arriéré » ou un « véritable musulman». L’homme déjà dévirilisé par le travail de bureau, considéré comme un demi employé de bureau et un demi enfant par sa femme, se meurt lentement, contraint par sa compagne et par la société libérale de consommation d’avancer dans le sens opposé à sa nature et à celui dans lequel il a vu évoluer enfant, son père et les hommes de cette génération précédente. La femme projette sa relation conjugale comme un partenariat socio-économique et comme tout partenariat elle en attend, un rendement. De plus dans son bussines-plan la femme d’aujourd’hui et de demain plus encore tend à mettre en place une interchangeabilité de partenaire, dont le premier cycle commence souvent à la fin de l’éducation des enfants. Toujours moins mère, toujours plus séductrice, parfois à la limite du ridicule habillée en adolescente à 50 ans, la femme prospecte (à l’aide aussi de quelques coups de bistouris et d’un peu de collagène) un nouveau partenaire, qu’elle tentera d’embaucher en contrat intérimaire si il a peu de potentiel, et en CDI si il a un profil à engendrer les KF. Au final cette entreprise de recherche de l’autre se révèle bien évidement aussi probable à résoudre que la quadrature du cercle et se termine bien souvent en clash. A trop demander les uns et les autres se retrouvent souvent seuls. Parce que c’est tellement usant et angoissant de séduire une femme… des soirées et des soirées à tenter de la faire sourire, à être drôle sans passer pour un clown, à faire son cultureux sans paraître chiant, à jouer les responsables sans être rabat joie, à faire le carriériste mais qui sait être cool, à feindre un romantisme auquel on ne croit plus, à jouer les courageux, les forts, les talentueux alors que l’on ne l’est pas plus qu’un autre…. Au bout d’un certain temps, à un certain âge les hommes en ont assez d’inviter les femmes au restaurant pour y subir des entretiens d’embauche, ils sont fatigués de se vendre, d’autant qu’ils savent très bien que les femmes lancent des campagnes de recrutements et qu’elles en pré-sélectionnent un parmis d’autres. Alors ha quoi bon ? La femme rendue exigeante par une société de consommation qui a su la flatter pour mieux la faire consommer, devenue exigeante par les khmers féministes, par le mythe de l’homme idéal véhiculé dans les médias depuis l’enfance, cherche sans trouver un être parfait qui évidement n’existe pas ; elle se morfond alors alternativement dans le rêve et la déprime. Les hommes eux sont découragés par les offres de postes de maris ultra performants, ils ont perdu confiance de part les tonnes d’investissements et de risques qu’il y’a à tenter de séduire une femme actuelle, ils préfèrent renoncer, et errent entre Playstation, chat et images porno sur le net. Tous les deux seuls et malheureux, chacun de leur côté, alors que la finalité du couple finalement, après les feux de l’amour du début, n’est ni plus ni moins que de procréer, pour prolonger sa vie, puis d’être, simplement, deux, ensembles, face à la vie, le plus longtemps, jusqu’à la fin.

Whereistheone, ou Marjorie 21/02/2007 09:28

Eh ben, ce fut long, mais concis tout de même...Tu as une vision très très négative de tout cela au final, non? Moi, même si je concois que tu ais raison par certains cotés, franchement, je pense que tu exagères quand même.Heureusement, malgré ma carrière, mon job, etc, j'ai très envie de devenir une mère, une femme (celle d'un seul homme) et d'aimer par un homme qui m'aimera tout simplement. Et aussi pour que l'on fasse des enfants, que l'on crée une famille digne de ce nom.Bref, je ne pense pas être une femme castratrice, loin de là!

Maxx 31/01/2007 14:17

"Il est clair aujourd’hui que beaucoup d’hommes démissionnent et fuient toute forme d’engagement. C'est tellement plus facile, plus reposant, de ne pas avoir de responsabilités et tellement mieux d'avoir plusieurs femmes en même temps plutôt qu’une seule dont il faudra s’occuper, à qui il faudra rendre des comptes, bref, de ne surtout pas se responsabiliser et rester un gamin le plus tard possible."... en même temps, il est où le problème ? :-p

Whereistheone, ou Marjorie 01/02/2007 19:57

ouais....

miteny 30/01/2007 12:47

On dirait que c'est l'héroïne de sex and the city qui parle!
 Maintenant quand je lis tes articles, c'est l'impression de regarder cette série.

Whereistheone, ou Marjorie 01/02/2007 19:51

ben je t'avouerais que j'ai jamais regardé la série...

bernard 29/01/2007 21:31

tiens c'est marrant, moi c'est l'inverse je veux m'engager mais par un accident de la vie, elle, elle n'ose pas!   je pense que sur certains points les femmes ont carrement depassé les hommes ...
hihihi

Whereistheone, ou Marjorie 29/01/2007 22:42

ça dépend oui...

Maylis 29/01/2007 15:23

tu sais rien n'est simple ni idéal c'est clair qu'un père qui assume a forcément un certain sens de la responsabilité maintenant mon mec c'est son cas mais il a du coup d'autres soucis à gérer ( sa môme est encore petite) et forcément moins de week-ends disponibles de toutes façons dans nos âges la majorité des mecs a déjà eu au moins un enfant pour moi c'est une caractéristique qui ne m'a jamais dérangée

Whereistheone, ou Marjorie 29/01/2007 17:29

Oui, c'est sûr qu'à partir d'un certain âge, la plupart sont déjà papas. Et ça ne me dérange pas tant que cela au final.De toutes façons, en dehors du fait d'etre déjà papa, il y a tant d'autres soucis... Alors c'est bien minime au final :-) Bises Maylis et profite de tes week-ends en amoureux s'ils se font moitié moins fréquents alors!