Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
WHEREISTHEONE - ou Marjorie à la recherche de Mister Right

WHEREISTHEONE - ou Marjorie à la recherche de Mister Right

Rechercher l'âme sœur quand on est célibataire à 34 ans (déjà!) et qu'on a "tout pour plaire" paraît-il...Searching for Mister Right, when you are 34 (already) and have "almost" everything...

les bonheurs simples

Parfois quand je m’autorise à réfléchir sur ce qui me différencie des autres, dits « normaux », je ne vois pas grand-chose en dehors de mon emploi du temps.

Certaines personnes ont des vies qui me semblent d’une grande simplicité.

 

Par exemple, quand je regarde la vie bien rangée de la petite dame derrière son guichet à la poste. Elle est gentille, dynamique, marrante, toujours un mot agréable pour moi, ou pour les autres clients de la poste du village.

Elle connaît tout le monde Christine. Parce que cela fait des années qu’elle fait le même boulot, qu’elle voit les mêmes personnes, qu’elle fait partie du village. Christine doit avoir la quarantaine à peine passée, elle est toujours très classe, très féminine, elle a du goût, ça se voit, et puis elle est le genre de personne avenante, à qui l’on peut demander conseil pour plein de choses.

Elle m’a vite remarquée quand j’ai emménagé dans le village, pas seulement parce que j’ai acheté la maison à 50 mètres de la poste en bas de la colline, mais aussi parce que je suis venue lui parler de mon entreprise qui emménageait bien évidement avec moi. Il a fallu que je lui décrive tous les services, les paquets internationaux que j’utilise régulièrement, et aussi les types d’enveloppes internationales que j’utilise afin qu’elle se constitue un stock, car bien évidement, dans un village d’à peine plus de 3000 habitants, des colis internationaux, c’est plutôt rare d’en écouler autant.

Je la croise presque tous les matins quand je promène Roxane, elle se rend au bureau de Poste, avant l’heure, en employée consciencieuse, souriante, alerte. Elle habite à deux rues de chez moi, un joli pavillon récent et moderne, avec de jolis rideaux, un intérieur que l’on devine superbe au travers de voilages colorés, un jardin irréprochable, bref, le pavillon va bien avec la propriétaire, c’est classique et classe. Et moi, en promenant Roxane, je me dis qu’elle doit faire ce boulot depuis près de vingt ans peut-être, et que dans dix ans, 15 ans même, elle sera toujours là, fidèle au poste, à aller travailler à pieds tous les matins parce qu’elle n’a que 200 mètres à parcourir et que marcher c’est bon pour la santé.

 

Ce genre de vie me semble à la fois précis et monotone, rassurant de banalité, apaisant de simplicité et tout à la fois chiant et agréable. Pourquoi suis-je incapable de vivre ainsi ? Pourquoi ai-je toujours eu la bougeotte ? Etrange, moi qui n’aspire qu’à la simplicité finalement. Mais le train-train m’ennuie rapidement. Travailler de 8h à 16h chaque jour, faire les mêmes choses aux mêmes heures, tous les jours, toutes les semaines, mois après mois et année après année, je me demande comment on tient…

Pourtant, les gens comme Christine, ils sont heureux, parce qu’ils n’ont pas connu autre chose. Parce que pour eux, la vie, c’est aller travailler, faire les mêmes choses chaque jour, voir les mêmes gens au guichet, tamponner des courriers, faire partir des plis, bref, tout ça jusqu’à 16h 30 tous les jours. Ensuite, Christine rentre chez elle, à pieds comme elle est arrivée. La journée de travail est finie, et elle a tout son temps pour s’occuper de sa maison, faire ses courses, préparer le repas, etc… Une vie banale en somme. Mais une vie simple, qui lui convient.

 

Et il y a Thierry aussi, l’épicier. Il est là tous les matins, à ouvrir son épicerie de quartier, à la même heure. Thierry, il est jeune, à peine plus de trente ans, sympa, souriant, cool. Il est tranquille. Tout le village le connaît et lui connaît tout le monde. C’est le « petit jeune » comme disent les gens du village. Parce que bien sûr, la moyenne d’age dans mon village est assez élevée, alors Thierry, c’est le petit jeune qui tient l’épicerie.

Bien souvent il est assis derrière sa caisse à bouquiner, parce que l’épicerie n’est pas un supermarché, et Thierry s’occupe dans la journée. Son épicerie est très bien rangée, tout est nickel, bref, il lit pour passer le temps, en attendant le client. Il a fait plein de choses dans son épicerie depuis qu’il l’a reprise, Thierry, et il propose même des livraisons à domicile avec sa mobylette repeinte et son cageot sur le porte bagage. Depuis que la boucherie a fermé, il propose même des commandes de viande avec livraison d’un jour sur l’autre. Il connaît tout le monde et la vie de chacun, Thierry. Alors quand j’ai eu besoin d’un jardinier pour couper mon herbe, c’est à lui que j’ai demandé et en moins de deux heures, j’ai vu arriver un jeune homme chez moi, avec tondeuse, taille-haie, et tout l’attirail du parfait jardinier.

Thierry a donc lui aussi une vie calme, tranquille, qui s’écoule au fil des  heures, et est rythmée par les heures d’ouverture et de fermeture de sa petite boutique, juste en face de la Mairie et près de la Poste. Thierry est marié, du moins c’est ce que m’ont dit les voisins, et il est dans le village depuis deux ans, ce qui a ravit toute la population qui pensait que l’épicerie allait fermer pour de bon quand l’ancien propriétaire a pris sa retraite. Mais Thierry est arrivé au bon moment, et tout le monde est ravi d’avoir un petit magasin de proximité pour se dépanner.

Lui aussi habite tout près, la rue juste à coté de l’épicerie, à moins de 100 mètres de son magasin finalement. Il vient en mobylette, c’est sa marque de fabrique avec le cageot, et il la gare devant la vitrine, pour bien que l’on voit qu’il livre à domicile, c’est écrit dessus, à la main, pour faire plus authentique. Thierry fait donc lui aussi partie du village, et il a une petite vie tranquille bien rythmée, au fil des jours.

 

Ce sont deux exemples mais deux exemples qui me parlent, parce que je n’ai jamais eu de vie simple, du moins en apparence. Jamais je n’ai eu de boulot rythmé, de vie aussi simple finalement.

 

Et parfois j’envie ces gens que je vois vivre comme ça, avec une régularité incroyable, une constance qui me parait bien improbable si je devais faire de même.

 

Et comme je pense que parfois les bonheurs sont ce qu’il y a de plus simple, je me dis que peut-être ce sont eux qui sont dans le vrai, à se contenter de ce qu’il y a de plus simple, de plus banal finalement, sans chercher ailleurs inlassablement, en sachant se contenter de ce qu’ils ont.

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

titus 16/11/2006 14:07

je suis heureux d'avoir parcouru ton blog que je trouve tres joli et avec une tres belle presentation.
je te souhaite de trouver un jour ce mister right car tu le merite comme la plupart des personnes.
je te souhaite beaucoup de bonheur et d'abnegation dans tout ce que tu entreprends.
titus
 

gaby 10/11/2006 19:30

oups.......! voilà une réponse bien virulente désolé si je t'ai eurté par mon commentaire.....!
bon week-end à toi.

Whereistheone, alias Marjorie 10/11/2006 22:27

heurtée, moi, pas du tout! il m'en faut bien plus!Bon week-end!

bernard 09/11/2006 23:46

le fait d'allonger mes etudes m'a oblige a penser et a repenser mon orientation future. et il est vrai que je distingue de plus en plus deux camps.
ceux qui veulent "bouffer" le monde et ceux qui veulent se poser.
au final je me sens bipolarisé, oscillant tanto vers l'un tantot vers l'autre, mais je ne sais que deux choses:
-on n'a qu'une vie
- ca ne sert a rine d'essayer d'etre indispensable, car personne ne l'est, des milliards de gesn sont morts depuis que le monde est monde et celui ci continue de tourner
sur ce je vous renvoie au dernier des samourais et vous ´fait remarquer que le heros ne s'est jamais senti plus heureux que dans un havre de paix ou la vie consistait a faire son travail, simplement et de la facon la plus pure possible: toute une hygiene de vie.

Whereistheone, alias Marjorie 10/11/2006 09:08

ouh la, d'un coté je suis d'accord avec toi : les cimetières sont remplis de gens indispensables, et on n'a qu'une vie.Moi aussi je suis tantôt "on the move" pour bouffer la vie et foncer, et tantôt sur mon nuage en rêvant que j'ai bien envie de me poser et de faire des bébés avec un homme. C'est mon coté Lion (fonceur) ascendant gémeaux (équilibré).D'un autre coté, ton éloge du dernier samouraï fait un peu tiquer, depuis que je sais ce que le message réel du film représente : sais-tu que par ce film, Cruise afit l'éloge de la Scientologie??? Méfiance donc...Mais sinon, en dehors de cela, tu as raison, parfois le bonheur réside dans le simple fait de se contenter de ce que la vie nous offre.

gaby 09/11/2006 23:31

coucou jeune fille, j'aime m'attarder sur ton blog mais tout de même tu a parfois une vision bien singulière de la vie. j'ai vécus 16ans et demi artisan boulanger de campagne avant de m'envoller vers mes envies et mes rêves à moi. si tu pouvais partager ne serai-ce qu'une journée de la vie de ces gens là.. peu être serais-tu étonnée de la richesse de certaine vie d'apparence très simple. ou peu être serais-tu confortée dans ta pensée.....!
il ne suffit pas que le soleil se lève encore faut-il transformer l'aube en un jour nouveau....( de Jacque Salomé).
bises,gaby. 
 

Whereistheone, alias Marjorie 10/11/2006 09:03

Non je n'ai pas une vision singulière de la vie, j'ai MA vision, et ma réflexion particulière sur ces gens que je croise dans mon village, et dont la vie est si différente de la mienne...Je ne dis pas pour autant que leur vie est triste et sans intérêt, je dis que LEUR VIE ME PARAIT MONOTONE en comparaison de la mienne... Nuance :-)Je n'ai jamais déclaré avoir ni la science infuse, ni la vie la plus passionnante qui soit. Bcp de gens détesteraient vivre ma vie, c'est certain! Ma mère en particulier, déjà :-) alors pas besoin d'aller chercher bien loin!!!

twingocerise 09/11/2006 17:24

pourquoooiiiii tu me repond pas à mooooaaaaaaa.... ?:'(twingo triste

Whereistheone, alias Marjorie 09/11/2006 17:34

ben attends deux minutes, je suis en train :-)