Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
WHEREISTHEONE - ou Marjorie à la recherche de Mister Right

WHEREISTHEONE - ou Marjorie à la recherche de Mister Right

Rechercher l'âme sœur quand on est célibataire à 34 ans (déjà!) et qu'on a "tout pour plaire" paraît-il...Searching for Mister Right, when you are 34 (already) and have "almost" everything...

Les égarés des gares

C’est étrange cette faune qui existe dans les gares, comme si chaque gare avait la sienne, propre et pourtant si unique.

 

Il y a des voyageurs, bien évidement.

En famille, en couple, mais la plupart du temps seuls. De l’homme d’affaires, en costard cravate et attaché case, qui prend son train pour rejoindre un séminaire, à la jeune fille qui rejoint ses grand parents pour les vacances. De la jeune maman et son bébé qui se rendent chez les beaux parents à l’avance et qui seront rejointes plus tard par papa. Et aussi la grand mere qui rentre de sa cure à Ax les Thermes et demandera de l’aide pour sa valise au premier jeune homme qui passe, sous prétexte de son grand age.


Les gares sont un lieu de passage, de rencontres, où se croisent des gens de divers milieux sociaux, qui viennent de partout et de nulle part, qui ont pour seul point commun d’utiliser un mode de transport identique.

 

En plus des voyageurs, il y a ceux sans qui la gare n’en serait pas une.

Les contrôleurs et agents des quais, avec chapeaux ou casquettes, et dont l’uniforme bleu est repérable de loin.

Les agents de police qui font leur ronde en parlant, à l’occasion un ou deux militaires en treillis qui font un tour (sont-ils en mission ou partent-il en perm?), les balayeurs et agents d’entretien, ou encore les garçons de café qui sont là pour rafraîchir les touristes assoiffés et passent leurs journées à voir ce défilé incessant de gens de passage.

 

Mais en dehors des voyageurs, et de ceux qui font presque « partie des meubles », on trouve dans les gares tellement d’autres choses que l’on ne trouve nulle part ailleurs.

 

De jeunes ados en groupe de deux ou trois, principalement des garçons, qui semblent paumés, et qui sont là, à regarder les autres vivre, entrer, sortir de la gare, courir prendre un train, descendre d’un autre, qui observent ceux qui semblent revenir d’ailleurs.

 

Des globe-trotters qui sont là, leur sac à dos semblant transporter toute leur vie, des dreadlocks d’une longueur impressionnante sur la tête, et une allure nonchalante, comme si rien ne pouvait venir les stresser dans leur périple. Ils ne semblent avoir pour attache qu’une corde usée au bout de laquelle on trouve bien souvent un ou deux compagnons à quatre pattes, genre bâtard dérivé d’un chien de berger.

 

D’autres qui leur ressemblent mais qui ne semblent pas arriver, et encore moins partir quelque part. Ils sont assis dans un coin, ou au détour d’un couloir, et semblent davantage squatter, et passer le temps que véritablement se préparer à partir en voyage. Leur seule évasion, elle est dans la fumée du pétard qu’ils ont sur les lèvres, et leur journée passe, tranquille, au rythme des trains qui arrivent et repartent, du balai incessant des gens qui semblent revenir d’ailleurs et qui retrouvent à qui un membre de sa famille, à qui un parent, ou encore un amant.

 

A l’occasion, on peut y croiser le SDF de la ville, sale, mal rasé, habillé de guenilles, avec pour seul bagage un vieux sac en plastique plein de tous ses trésors. Mais la plupart du temps, il restera dehors, sur un banc, à boire sa bouteille ou à regarder dans le vide.

 

Il y a aussi des gens qui semblent être éternellement de passage, qui errent et se permettent à l’occasion de demander une pièce à celui ou celle qui s’installe à la table d’un café. Rien à leur reprocher, on les prendrait presque pour des touristes en transit, mais leur accent de l’Est trahit bien leur origine et leur but. Ce sont les mendiants du 21e siècle, qui n’ont rien des SDF classiques et qui ont pour seule activité la mendicité. Demander une pièce au voyageur qui, ayant le cœur léger, sera davantage disposé à donner.

 

Je me suis toujours demandée comment tout ce petit monde pouvait bien se côtoyer sans même se voir, sans pratiquement échanger ne serait-ce qu’un mot. Me poser en observateur de tout ce petit monde organisé, et ne faire que regarder, observer. Que pourrait-on tirer de ces observations ? Imaginons que l’on se passe le film d’une journée dans une gare, comme à la place d’une simple caméra de surveillance, jour après jour, y trouverait-on matière à raconter des histoires intéressantes ? Je ne saurais dire.

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Alban 13/07/2006 18:09

Bravo Marjorie
 
 

Moi qui dans une autre vie travaillé à la SNCF, je peut parler des gare en parfaite connaissance de cause. Tu as très bien capté l’ambiance de ces lieux !
 
 

Je te le dits souvent :tu devrais écrire !
 
 

A bientôt
 
 

Alban

Whereistheone, alias Marjorie 14/07/2006 18:39

Merci Alban, Mon grand pere était aussi cheminot, et les gares, j'ai connu toute petite, mais j'ai toujours adoré ces ambienaces spéciales.Bises et à bientot, et merci pour tes compliments, ça fait toujours plaisir.

Hélios 06/07/2006 11:41

Tes observations sont exactes, mais je constate que tu ne passes pas encore assez de temps dans les gares.
Tu peux repérer les cheminots (contrôleur, agent de quai, ...) à une particularité de cette corporation ; les cheveux longs, le bide, les baskets et le sac à dos. Ils sont formatés dans ce moule. Moi dans une gare je les repère immédiatement, quand tu vois un groupe de quarantenaire, habillé comme des ados avec les cheveux longs et le sac à dos, il n'y pas photo ce sont cheminots (OK facile pour moi j'ai travaillé avec eux)
Les militaires qui ont une arme (FAMAS ou pistolet) sont en mission, ceux qui ne sont pas armés avec un gros sac sont en perm ;-)

Whereistheone, alias Marjorie 06/07/2006 12:30

eh oui, merci de ces précisions, Hélios!Figure toi que les gares, j'y passe moins de temps que toi, en effet, les choses ont bien changé. Et puis tu as l'avantage de bosser ou d'avoir bossé dans ces endroits alors que moi, même si mon grand père était cheminot, ça remonte à loin!Bises!

Nil Sanyas 05/07/2006 17:29

On voit la même chose dans la rue non ?Sinon des ados, c'est pas forcément jeunes ? :-)

Whereistheone, alias Marjorie 06/07/2006 10:28

oui, ok, ça fait redondance de dire "jeunes ados" mais je voulais dire par là des types de 12 à 14 ans, pas des plus vieux ;-) Excuse de n'être pas assez précise...

E. 05/07/2006 17:12

Moi j'aime bien les gares parce que ça veut dire que je bouge, chui devenue une pro maintenant...

Whereistheone, alias Marjorie 06/07/2006 10:27

Eh ben alors tant mieux, c'est tellement cool de se bouger et de voir des choses différentes! Bises chère E :-)

Maylis 05/07/2006 09:24

comme toi j'aime observer l'ambiance de ces gares en attendant mon train mais je leur préfère de loin l'aéroport fenètre ouverte sur le monde je vois que tu as repris ton ptit rythme de croisière sur le blog tant mieux ;-)

Whereistheone, alias Marjorie 05/07/2006 09:54

eh oui, je suis revenue :-)je passe te voir bientot, j'ai du rattrapage à faire :-)Bises Maylis