Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
WHEREISTHEONE - ou Marjorie à la recherche de Mister Right

WHEREISTHEONE - ou Marjorie à la recherche de Mister Right

Rechercher l'âme sœur quand on est célibataire à 34 ans (déjà!) et qu'on a "tout pour plaire" paraît-il...Searching for Mister Right, when you are 34 (already) and have "almost" everything...

Etre une salope

J’aimerais, rien qu’une fois, un jour,
une semaine, ou même une heure,
être une salope dans ma vie.


Parce que si j’ai remarqué une chose, c’est que dans la vie, et plus particulièrement en matière de sentiments, cela ne paye pas forcément d’être sincère, droite et franche.

 

Les salopes réussissent toujours à piquer le mec d’une autre

            Oui, ce sont toujours les pauvres petites nénettes sincères et amoureuses qui se font rouler dans la farine, qui ne voient rien venir et qui réalisent un jour que leur mec s’est barré avec une autre, qu’il s’est tapé une gonzesse un soir de beuverie avec des potes, ou bien tout simplement qu’elles ont des cornes énormes depuis plusieurs mois sans avoir soupçonné la moindre chose.

 

Les salopes arrivent toujours à leurs fins

            Car tous les moyens sont bons pour conquérir leur proie, elles savent y faire et attraper dans leur filet l’homme qu’elles convoitent, quel qu’en soit le prix à payer. Seul compte le score à leur tableau de chasse.

 

Les salopes arrivent à rendre les hommes raides dingues.

            Bizarrement, ces pauvres mecs naïfs à souhait ne se sentent plus pisser quand ils en ont une sous le coude, qu’elle leur résiste, qu’elle les fait tourner en bourriques au gré de ses envies. Et eux sont comme des toutous à baver devant ses beaux yeux. Justement parce qu’elle les traite comme des chiens. N’est-ce pas ironique quand vous êtes toute dévouée à satisfaire l’homme que vous aimez, que vous fréquentez ?

 

Enfin, les salopes se foutent bien du mal qu’elles font puisque justement elles s’en foutent, ne ressentent rien et finalement se contre fichent bien du mal qu’elles risqueraient de faire, à qui que ce soit. Elles sont parfois une tornade qui passe et laisse un terrain ravagé, un couple détruit, un amour en morceaux. J’en ai vu des exemples autour de moi bien des fois.

 

Je ne pigerai jamais pourquoi l’homme, grand chasseur devant l’éternel, a toujours besoin d’aller chercher ailleurs ce qu’il a déjà chez lui ou presque (encore que pour les hommes maqués, c’est bel et bien le cas), et pour quelle raison étrange ils ne se satisfont jamais de l’acquis.

 

OK, parfois il faut savoir ré inventer la relation quand les habitudes s’installent, quand tout semble gagné d’avance, mais de là à demander la reconquête quotidienne, le jeu de la séduction toujours renouvelé à fond, pour maintenir le désir intact, peut être pas tout de même. Lutter contre la routine et surprendre l’autre de nouveau, réinventer sans cesse l’histoire vécue à deux, cela me semble une bataille tellement plus rude à mener au quotidien, mais au final tellement plus enrichissante que d’aller voir si l’herbe est plus verte ailleurs, que franchement, il faudrait me greffer le cerveau d’un mâle pour comprendre.

 

Donc parfois, je me dis que j’aimerais, rien qu’une fois, me transformer en salope pour une journée, pour voir quel effet cela fait de se foutre de l’autre, de ce pauvre petit mâle en face qui succombera bêtement sous le charme d’une forteresse quasi imprenable mais si mystérieuse, si intrigante, si séductrice et si fatale à la fois.

 

Si Aladin est là quelque part et m’entend, faites qu’il vienne me prêter sa lampe magique et que je réalise ce vœu : ETRE  UNE  SALOPE  RIEN  QU’UNE  FOIS

 

Mais surtout, si c’était possible, il faudrait que cela soit un état réversible.

 Pour que je redevienne ensuite moi : pauvre jeune femme naïve à souhaits, un peu trop romantique et pleine d’espoir, prête à donner beaucoup pour un jour recevoir, en croyant toujours que l’amour existe quelque part et qu’il finira par arriver…

 

Un jour mon prince viendra…

 

Parce que finalement, je sais pertinemment que je ferais une bien mauvaise salope, ayant des états d’âmes, des sentiments profonds pour la plupart des hommes avec qui j’ai pu avoir des histoires, des principes de respect, d’intégrité et de sincérité, des valeurs fondamentales et surtout, ne sachant pas véritablement jouer avec les sentiments des autres.

 

On est ce qu’on est… Et je me plais bien finalement :-)

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

jfk 04/06/2006 16:16

quel plaisir de lire ca cote feminin.
ca fait des siecles que je voie les cadors les rouleurs de mecanique
seduirent les nanas les unes derriere les autres. au plus tu est frime
au plus tu te la joue au plus tu est sur de ne pas etre seul le soir.
Il n y a que dans les films que le mec simple et discret part avec l heroinne a la fin de l histoire.
ca fait du bien de voir une nana e^xprimer ca

jardi85 02/06/2006 23:00

Une sitation que j'ai entandu aujourdui:  "si l'herbe est plus verte dans le jardin de ton voisin laisse le s'emmerder a la tondre" ----( les grosses tetes)

Whereistheone, alias Marjorie 02/06/2006 23:59

ah oui... j'y penserai a celle ci ;-)

laurent 29/05/2006 09:40

Je pense que chaque femme a une petite part de "salope" plus ou moins importante, toi aussi marjorie ;-), même si je dis ça sans te connaitre.
Certaines le sont en permanence, et d'autres quelques fois.

Whereistheone, alias Marjorie 29/05/2006 12:27

oui en effet, on l'est toutes plus ou moins, mais bon...

Diam's 28/05/2006 21:52

on ne dit plus "un jour mon prince viendra", maintenant on dit "jeune demoiselle recherche un mec mortel" :-D

Whereistheone, alias Marjorie 28/05/2006 22:12

oui oui, merci bien, c'est justement le sujet de mon post de ce soir, c'est curieux, non???

Thomas 27/05/2006 09:21

c'est une idée originale marjo ;-)