Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
WHEREISTHEONE - ou Marjorie à la recherche de Mister Right

WHEREISTHEONE - ou Marjorie à la recherche de Mister Right

Rechercher l'âme sœur quand on est célibataire à 34 ans (déjà!) et qu'on a "tout pour plaire" paraît-il...Searching for Mister Right, when you are 34 (already) and have "almost" everything...

Quitter un homme

Une question qui revient en chat parfois et qui me fait sourire.

C’est « qui a quitté l’autre ? » dans mes précédentes relations de couple.

Eh bien bizarrement, c’est toujours moi qui ait quitté les hommes de ma vie… Et certains ne s’en étonnent pas, vu mon caractère très affirmé. Oui, je sais, c’est cruel, et peut être que certains me pleurent encore à l’heure actuelle (c’est beau de rêver, non ?) mais c’est véridique. Je ne me suis jamais fait plaquer... Etrange, n'est-ce pas?

On peut quitter pour tant de raisons…


Bien sûr, j’en ai quitté que je n’aimais plus, que j’avais fini par détester, ou que j’avais juste eu comme amant un petit bout de temps pour tromper ma solitude quelques jours ou quelques semaines. Ceux-la ne comptent donc pas. Il n’y avait pas de véritable amour de toutes façons. Ils n'étaient que de passage.

Je parle de ceux qui ont vraiment compté dans ma vie,
je parle des hommes de ma vie.

Car on peut aussi quitter par amour, aussi étrange que cela puisse paraître. Quelques uns des hommes que j’ai quittés étaient des hommes que j’aimais réellement.


Le tout premier, j’avais 19 ans, et j’en étais pourtant raide dingue, à l’époque. Je l’ai quitté le jour où il m’a avoué avoir fait une rencontre en boîte, un soir où je travaillais. Je n’ai pas pardonné, je l’ai plaqué sur le champs et rien n’y a fait, ni ses supplications, ni le fait qu’il jurait ne pas avoir couché avec elle, bref, je n’ai rien voulu savoir, et je l’ai quitté. J’en ai pleuré des jours et des jours, mon répondeur débordait de ses messages, mais je ne décrochais pas et quand il appelait, je raccrochais sans un mot.


Pourquoi l’ai-je quitté ? Pourquoi n’ai-je pas pardonné ? Je suis comme cela. Je ne me permettrais pas de regarder un autre homme quand je suis en couple, je suis directe, sincère, et entière. Je donne tout et j’attends la même chose en retour, c’est ma façon de voir les choses, même si cela peut paraître dur.


Aujourd’hui, cet homme a 36 ans, il est marié à la nénette qu’il avait rencontrée ce soir là en boîte, et il est malheureux en ménage. Nous sommes toujours en contact, malgré les chemins très différents que nous avons pris lui et moi, et malgré les distances. Il m’a rappelée en Novembre dernier après 5 ans de silence, pour m’expliquer sa détresse et sa tristesse de n’être pas encore père (elle ne veut pas d’enfants), et il a blagué en disant que si l’on était resté ensemble on aurait déjà des enfants. Probable, mais aujourd’hui, je ne pense pas que je voudrais de cet homme…


 

Le deuxième que j’ai quitté, je l’aimais, mais plus vraiment d’amour… Je l’aimais d’amitié, je pense, car après deux ans avec lui, plus rien n’était merveilleux, je m’étais lassée certainement. Et lui a rencontré une fille, je l’ai senti, je lui en ai parlé, et il a avoué. Alors je l’ai plaqué directement, sans explications en lui redonnant sa clé et en lui disant que dans les deux heures, je reprenais toutes mes affaires chez lui, et que c’était terminé. Il a dit « ah bon ? juste comme ça ? » et moi j’ai dit « oui, juste comme ça ». Je crois que la soudaineté l’a surpris, le manque de pleurs, de pourquoi, de demandes d’explications de ma part, rien. J’ai juste dit c’est fini, et il n’a pas compris. Tout ça en serrant les dents, j’ai fait ce que j’avais dit, et deux heures plus tard, tout était dans ma voiture, chargée à bloc, et je rentrais chez moi. De toutes façons, je voulais un enfant, pas lui.

L’ironie, c’est qu’aujourd’hui, huit ans après, il est papa d’un bambin de 2 ans. La fille qu’il a rencontrée après moi lui a fait un enfant dans le dos au moment de leur séparation, chose que je ne me serais jamais permise de faire. Mais il aime son fils, c’est déjà cela. C’est un heureux papa célibataire, qui a la garde de son fils tous les 15 jours, et moi je n’ai toujours pas d’enfants, malgré un désir de maternité toujours très présent.

Nous sommes toujours en contact et c’est un très bon ami maintenant, c’est une victoire de plus, car réussir à transformer une histoire d’amour en histoire d’amitié n’est pas chose facile. Mais avec un peu d’intelligence et de bonne volonté, on y arrive. D’ailleurs, je pense qu’on était fait uniquement pour être amis à la base et que cette histoire était une erreur de parcours.

 

Le troisième homme que j’ai quitté, je l’ai quitté dans la douleur, parce que je l’imaginais être celui avec qui j’allais vieillir et vivre longtemps. Nous avions des projets de mariage, de voyages, et d’enfants.
Il était beau, très bel homme métis, charmant, séduisant, plein de charisme, plein d’humour, une classe naturelle, tendre, romantique, un peu fou, artiste, créatif, bref, vivre avec lui était un rêve. Ou presque. Le malaise est qu’il était mythomane, et un séducteur invétéré. Lorsque j’étais en déplacements, il allait voir ailleurs, mentait à tout va, et ne savait plus que j’existais. Il en arrivait à croire en ses mensonges, même si la preuve lui était mise devant le nez. Il ne supportait pas d’être seul, avait constamment besoin d’être accompagné, aimé, chouchouté... Un homme-enfant, en quelque sorte, adorable, mais très perturbé dès que je n’étais plus à ses cotés. J’étais un peu sa maman, rôle que j’aimais jouer auprès de lui de par mon coté maternel, mais malgré cela, nous avions une vraie complicité, un vrai échange, de vrais sentiments l’un envers l’autre. Sauf lorsque je devais m’absenter professionnellement.

Après une réflexion longue et douloureuse, j’ai décidé que je ne pouvais plus supporter cette vie, que je devais réagir. Sa mère était désespérée, tout comme sa sœur, et l’une comme l’autre m’ont confirmé que malheureusement, il n’y avait rien à faire contre cela, qu’elles le savaient depuis toujours… Alors j’ai pris ma décision le jour où je me suis rendue malade d’avoir menti à une amie pour couvrir ses mensonges à lui. Parce que j’en étais arrivée là : mentir par amour… Et mentir ne me ressemble pas, ça me rendait dingue. J’avais l’impression de n’être plus moi-même, de ne plus être en phase avec moi-même, alors j’ai réagi. Sachant que jamais je ne serais parfaitement heureuse avec cet homme, je l’ai donc quitté.
Nous avons eu du mal à nous séparer, on s’est beaucoup déchiré, beaucoup disputé, on s'est fait beaucoup de mal, la relation était passionnée, passionnelle, mais terriblement destructrice. On s'est beaucoup aimé et beaucoup détesté au final… Il m’a fallu quelques années pour en faire le deuil.

Et jamais je ne l’ai revu. C’est bien le seul que je n’ai pas souhaité garder comme contact.

 

Dernièrement, j’ai aussi quitté un homme, même si l’histoire n’en était qu’à son balbutiement. L’histoire est trop récente, et je n’ai pas le recul nécessaire pour en parler, mais c’est à nouveau par fierté que je suis partie, une fois de plus. La trouille, mêlée à l'incertitude, et surtout ce sentiment de trahison insupportable ont eu raison de moi, une fois de plus, et j'ai préféré arrêter net. Le rationnel l'a emporté sur les raisons du coeur...

 


Et depuis je me rends compte que ma fierté et mon amour propre ont toujours triomphé dans mes histoires.

A tort ou à raison ? Aucune idée.


Mais je suis entière, je ne me contente pas de peu, je suis exigeante, je demande beaucoup. Car moi je donne beaucoup, et je me donne toujours à 100%, jamais à moitié.
Alors j’estime que je peux me permettre de demander la même chose en face.


Je préfère quitter un homme que j'aime quand je sais que jamais je ne serai pleinement heureuse avec, plutôt que de rester avec lui en étant malheureuse, en doutant constament, en ayant des craintes parfois stupides et non justifiées... J'aime les choses claires, nettes et précises. C'est un choix de vie, un principe auquel je ne déroge jamais.

Donc, après toutes ces années, j’en suis toujours au même point, à rechercher ce que je peux offrir, à savoir l’intégrité, la sincérité, le respect, la franchise,


L’AMOUR
tout simplement, pur et inconditionnel…

 Suis-je utopiste ?


NB : illustrations de Talenbtek Chekirov

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

E. 24/05/2006 12:00

Moi je finis par me dire que l'amour est une illusion. Tu penses être dingue de quelqu'un et au bout du compte, deux-trois ans, parfois moins, tu te rends compte qu'il n'y a plus rien sauf parfois de la haine...

Whereistheone, alias Marjorie 26/05/2006 00:38

ou pire encore, de l'indifférence, pure et simple...Horrible, hein? :-)

petrus 16/05/2006 21:30

Je reprends au bond le precedent post afin de prolonger le débat .Si tu n\\\'a jamais dis que tu etais parfaite ton blog ( que j avous ne pas avoir tout lu ) transpire quand même l auto suffisance et la haute idee que tu te fais de ta personne. J avais dis dans un precedent post que tu usais beaucoup de superlatifs je ne suis visiblement pas le seul a le penser. Tu pretends manier l humour ? n hesite pas a faire un peu d auto derision ca te rendra plus sympatique. Et fais aussi de l humour sur les femmes .

ralphy 16/05/2006 03:27

La sincérité que tu prétends pouvoir apporter à un homme, c'est cela :

Quand je dis non, c’est non. Un point c’est tout.

Ce n'est pas de la sincérité, c'est une volonté délibérée de se débarrasser d'un individu qui t'aura considérée et consacré du temps sans rien lui devoir. Être sincère et franc, cela ne se résume pas à un seul mot, qu'il soit positif ou négatif. Mais visiblement, tu te considères visiblement suffisamment importante pour ne pas avoir à perdre ton temps avec des individus qui auront envisagé (les pauvres) de te faire une petite place dans leur vie, aussi minuscule soit-elle.
Tu dis apporter du respect à un homme. Je devine qu'en le comparant à un chien, et en préférant finalement ce dernier, c'est ta façon particulière d'être respectueuse. C'est étonnant, si ton article avait été écrit par un homme et parlait des femmes, le petit imprudent passerait au mieux pour sexiste, et au pire, aurait des associations féministes sur le dos.
Mais peut-être que respecter un homme, c'est l'agresser en guise d'accueil ?
Je crois que tu ne trouves personnes à aimer parce que tu n'aimes que toi, finalement. Les autres -- il se trouve que tu es hétéro, donc les hommes -- ne sont pas dignes de toi. S'ils te saluent par un bonjour, s'ils s'inquiètent de ton humeur ou de ton état d'esprit, ils sont d'un banal à vomir. S'ils essaient d'être originaux, se présentent comme des agents secrets (ils auront essayé de faire un effort), tu les remercies par une dénonciation à l'agence matrimoniale où tu t'es inscrite. Quelle que soit la manière qu'un homme a de t'aborder, tu trouves toujours des reproches à lui faire.
Bien sûr, tu es parfaite, tous tes amis te le diront. Il serait peut-être temps de demander ailleurs ce que les gens pensent de toi. Car, pour ma part, tu es pleine de défauts.

Whereistheone, alias Marjorie 16/05/2006 10:38

ai-je dit que j'étais parfaite??? JAMAIS !!!Tu juges bien mal, et je ne compare pas les hommes a des chiens, j'ai juste fait un post HUMORISTIQUE, ce que visiblement tu n'as pas compris, mais ce n'est pas un soucis...Et ne mélange pas les posts.Quand je dis NON, c'est NON, c'est par rapport à un gros lourd qui me suppliait de me donner sa chance alors que je ne l'avais pas calculé et qu'il ne correspondait pas à ce que je cherche chez un homme. D'ailleurs, après, il est aller raconter des horreurs sur moi à un ami en commun, ça prouve sa bassesse et son manque de maturité.Ce que je peux apporter à un homme, c'est bien mieux que cela mon cher, mais la franchise en fait également partie, et un jour je trouverai un homme digne de lui en faire don. Pour l'instant, je cherche, et il s'avère que je me plante parfois, mais au moins, j'aurais essayé.

The dark side of a man 15/05/2006 14:29

Non Marjorie, tu n'es pas utopiste. Ta recherche est la plus noble qui soit, c'est pour cela que ça demande du temps et des efforts.Ceci dit, je suis d'accord avec Petrus. Dans un couple, il est plus facile de se quitter que de chercher à surmonter les épreuves, car il y en a toujours forcémment et chacun n'est jamais à 100%, tout le monde a droit à ses périodes de doutes et ses périodes d'erreur. L'intransigeance n'est certainement pas le moyen de faire durer une relation, sous réserve qu'il y ait encore de l'amour à la base.

Whereistheone, alias Marjorie 15/05/2006 18:23

Je suis prête à faire des concessions, encore faut-il que ce soit pour la bonne personne... Et je ne l'ai pas encore trouvée cette perle rare...Mais il ne faut pas croire, je ne suis pas difficile à vivre, demandez donc au numéro 2 qui s'est reconnu ;-)

petrus 15/05/2006 13:55

Bonjour,  c'est vrai qu en regle generale elle se donne souvent le beau role, et elle fait une sur consommation de superlatifs à son encontre. Pour apporter de l eau au moulin de ce post je dirais que dans un couple il est plus facile de faire a guerre que la paix, plus facile de se quitter que de vivre ensemble en admettant que l autre soit different de ce que l on attend. 

Whereistheone, alias Marjorie 15/05/2006 18:21

facile de se quitter? pas d'accord non.Mais je n'ai jamais dit qu'il était facile de vivre ensemble non plus...