Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
WHEREISTHEONE - ou Marjorie à la recherche de Mister Right

WHEREISTHEONE - ou Marjorie à la recherche de Mister Right

Rechercher l'âme sœur quand on est célibataire à 34 ans (déjà!) et qu'on a "tout pour plaire" paraît-il...Searching for Mister Right, when you are 34 (already) and have "almost" everything...

Patience

Peut être suis-je désespérément trop romantique, mais sincèrement, je pense que lorsque l’on a rencontré LA bonne personne, on le sait intuitivement…

Je reste persuadée que le sentiment de familiarité que l’on ressent, la reconnaissance intuitive de l’autre, le besoin de le revoir, tout cela fait que l’on SAIT que c’est la bonne personne. Pas de questions à se poser ; l’évidence s’impose.

Peu importe le temps qu’il faudra patienter, peu importe les distances, on est automatiquement prêt à attendre cet autre s’il n’est pas immédiatement disponible pour des raisons toutes aussi diverses que variées.

Ou peut être que je suis justement trop romantique, limite fleur bleue…

 

De tous temps, les femmes ont eu cette image de patience, de dévouement, de dévotion, de fidélité parfaite et d’intégrité…

Dans la mythologie, déjà, je pense à Pénélope. Elle attendait le retour d’Ulysse sans perdre espoir, et bien qu’elle eut promit d’épouser un homme le jour où elle aurait terminé sa tapisserie, elle cousait inlassablement le jour et décousait inlassablement la nuit pour retarder au plus tard les noces qu’elle refusait, préférant attendre le retour de son bien aimé…

Bon, ok, je ne suis pas Pénélope et je n’ai pas encore trouvé mon Ulysse… (sans ajouter que je sais à peine coudre un bouton, mais c’est une autre histoire)

Dans les romans, qui sont souvent devenus des films, on a l’image de nombreuses femmes fidèles, qui sont prêtes à attendre des années le retour de leur homme.

Dans "Retour a Cold Mountain", de Charles Frazier, où Nicole Kidman joue le rôle de Ada, une jeune femme qui attendra le retour de la guerre de son homme alors que seulement un baiser avait été échangé le jour du départ. Un baiser échangé et des années de patience et de sacrifice pour cet homme… Cela parait presque irréel.

"Un long dimanche de fiançailles" est aussi un exemple de cette fidélité à toutes épreuves d’une femme pour un homme, et la longue recherche pour retrouver sa trace.

Dans la réalité de la vie également, plus proche de nous à l’époque de la seconde guerre mondiale, lorsque les jeunes filles attendaient patiemment le retour de leur soldat bien aimé. Qui n’en a pas connu ? J’ai eu une grande tante dont le fiancé est mort à la libération des camps, et qui par la suite, n’a jamais accepté de se marier, par fidélité à sa mémoire. Des exemples pareils, on en a tous.

Mais est-ce une attitude typiquement féminine ? Un homme serait-il prêt à attendre comme cela des années, pour une femme qu’il aime ? Avec une fidélité inébranlable ?

Bizarrement, aucun exemple ne me vient à l’idée… Seule la chanson de Charles Aznavour, peut être, « je n’ai rien oublié » qui relate les retrouvailles inattendues d’anciens amoureux que leurs parents avaient séparés, et dans laquelle on devine une fidélité mutuelle par delà les années, la force d’un amour incassable…

Alors, la patience, la fidélité inébranlable, et l’amour inconditionnel, tout cela serait-ce une vertu typiquement et exclusivement féminine ???

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Claude 22/03/2006 12:14

Et en plus ta Pénélope elle était un peu nunuche et en dehors de l'amélioration de l'art du tricot  (ce qui lui vaut l'admiration des lectrices de "Modes et Travaux") elle n'aura pas fait avancer le schmilblic par sa passivité énamourée, par contre si tu avais cité Antigone (celle de Sophocle, oui restons à cette époque) alors là oui!    Se révolter et mourir pour l'amour et le respect de l'être humain, en fait on peut disserter longtemps sur le fait que Sophocle choisit une femme pour incarner ces sentiments  ...(parlait-on déjà de parité à cette époque ?)

Whereistheone, alias Marjorie 23/03/2006 18:45

Eh bien je suis contente d'apprendre que grâce à Pénélope, Modes et Travaux a pu exister! mdr... Non, sans blague, en fait, merci de ce commentaire enrichissant, et je vois que finalement en réfléchissant, il y a d'autres exemples en effet. Bises!

Claude 22/03/2006 10:37

Je te donne donc deux hommes ayant rêvé comme Pénélope ou Shéhérazade: Dante pour Béatrice : résultat :La divine comédie (!) et Pétrarque pour une certaine Laure: résultat: les plus beaux sonnets de la littérature italienne du 14 ieme siècle. On peut aussi citer Botticelli amoureux sa vie entière de la meme femme qu'il a toujours peinte ds tous ses tableaux (Le printemps c'est elle) etc etc
Donc tu vois ! Pas de monopole dans les sentiments!

Whereistheone, alias Marjorie 22/03/2006 10:52

eh bien merci, je suis contente de voir que ce n'est pas un monopole féminin, et tu as enrichi ma culture générale, je vais aller faire un tour sur le net pour davantage d'infos!MERCI encore!!! Bises!

Salann 19/03/2006 02:03

je sais pas si c'est parce qu'il est 2h du mat, mais j'ai eu beaucoup de mal à comprendre (au bout de 5 lectures) la dernière phrase de ton commentaire. ^^

fanch- 18/03/2006 21:45

A ta dernière question je dis non.Et.......le désir d'aimer est t'il le plaisir de souffrir?;-)

Salann 18/03/2006 15:32

LA patience, probablement... CAr en ce qui me concerne... ^^La fidélité, non, je ne pense pas. Bien au contraire, je dirais même.L'amour inconditionel, bien trop abstrait pour te répondre...

Whereistheone, alias Marjorie 18/03/2006 21:33

Perso, je suis patiente, un peu...Fidèle completement!et l'amour inconditionnel, je ne sais pas non plus