Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
WHEREISTHEONE - ou Marjorie à la recherche de Mister Right

WHEREISTHEONE - ou Marjorie à la recherche de Mister Right

Rechercher l'âme sœur quand on est célibataire à 34 ans (déjà!) et qu'on a "tout pour plaire" paraît-il...Searching for Mister Right, when you are 34 (already) and have "almost" everything...

Still like Heaven

Ca y est, je l’ai revu, enfin. Je suis toujours aussi retournée…
Rien n’a changé, malgré les 19 mois écoulés depuis notre première rencontre. Moi qui pensais que je m’étais fait un film, et que j’avais enjolivé… on idéalise toujours tant les rencontres éphémères…

Il a toujours cette classe indescriptible, cette forme de délicatesse, d'élégance peut être, que je ne supporte pas habituellement chez un homme, mais qui lui va si bien. De jolies mains fines mais masculines, qu’il passe dans ses cheveux, toujours, comme j’aime ! Ses cheveux noirs sont un peu plus courts, mais ils ont toujours cette souplesse, cette brillance et cette ondulation que je trouve féline.

Je me suis surprise à détailler son visage ce soir, comme si je voulais en imprimer dans ma mémoire chaque millimètre, et franchement, moi je le trouve beau.

Pas la beauté masculine qui m’attire habituellement chez un homme. Quelque chose de différent, de singulier. Il est toujours aussi mince, plutôt fin, ses poignets sont délicats, les attaches sont fines, et il a de très jolies mains je trouve.

Quant à  son visage, dont je pensais ne pas me souvenir si bien que cela, eh bien il est comme je l’avais revu dans ma mémoire. Un visage carré, mais très équilibré, un nez droit et masculin, les arcades sourcilières très droites, mais des sourcils noirs et peu épais sur lesquels j’ai imaginé passer mes doigts, doucement, comme j’aimerais caresser son visage, du bout des doigts. Ce soir, il n’était pas rasé, et j’ai trouvé que cela ajoutait à son charme. Il a des yeux presque noirs, profonds, pas très grands mais très expressifs, perçants je dirais même. Une jolie bouche, un peu charnue, superbement dessinée, avec un sourire à tomber, comme toujours. Je trouve qu’il a une bouche sensuelle, qui donne envie de l’embrasser, pour sentir la caresse de ses lèvres, la douceur de sa langue, la chaleur de son baiser…

Et pourtant, tout en le regardant, je me demandais ce que je lui trouvais à lui, de si particulier. Moi qui habituellement aime les hommes plutôt baraqués, qui dégagent une certaine force. Lui dégage autre chose, de différent probablement, mais de masculin, de séduisant, de sensuel, d’attirant. Il a ce coté très hindou que j’aime dans la finesse des traits, tout en étant très mâle, très charmant. Certainement ses origines italiennes et afghanes qui se sont parfaitement mélangées. J’ai toujours dit que les mélanges de races faisaient de beaux bébés… Il est un des meilleurs spécimens que j’ai vus jusqu’à présent.

Et il a cet accent, marqué, et que je trouve si étrange, toujours… un accent d’indien, mais je me demande quelle en est l’origine, il faudra que je le lui demande. Autant les hindous qui parlent anglais m’exaspèrent, autant lui, quand il parle, je trouve que c’est d’une sensualité indescriptible. J’aime ses intonations, sa voix, et tout en l’écoutant parler, je m’imaginais que s’il me disait des mots doux à l’oreille, je serais transportée dans une autre galaxie en moins de trois secondes…

Quand nous marchions dans la rue, pour aller au café, il m’a retenue au passage d’une voiture, et j’ai senti sa main enserrant mon bras, fermement mais délicatement, l’espace encore d’un instant…

Il a cette douceur dans ses gestes que j’aime, tout en ayant également une certaine fermeté très masculine. C’est là toute son ambiguïté, et c’est ce qui fait son charme je pense, du moins à mes yeux. C’est bien le souvenir que j’avais de lui, ce charme à la fois masculin et la douceur presque féminine, cette retenue et en même temps cette assurance, et cette sensation que se retrouver dans ses bras doit être d’une douceur exquise.

Il est le genre d’homme qui ne fait rien à moitié. Il est entier, comme je le suis, et il prend certainement son temps, pour savoir où il va. Moi, ça me va, je préfère quelqu’un qui sait ce qu’il veut plutôt que quelqu’un qui prend ce qu’il peut.

Pour en revenir a nos pas dans la rue, je me suis surprise à marcher au même rythme que lui, à n’avoir ni à courir, ni à ralentir. Comme lors de notre première rencontre. Nous avons le même pas, et je ne pense pas avoir déjà croisé qui que ce soit qui marche au même pas que moi. D’habitude, soit je cours derrière, soit je ralentis …

Et tout ce temps qu’il a passé sur le canapé près de moi, j’avais une envie terrible de m’approcher de lui, mais je n’ai pas osé, j’ai gardé mes distances, comme il a gardé les siennes, nous nous apprivoisons du regard, tout doucement, en prenant notre temps.

Nous n’avons pas abordé une seule fois un sujet personnel, je me sentais trop gênée pour lui poser des questions personnelles, connaissant sa difficulté à parler de lui, et lui n’a pas osé probablement, ne parlant que de boulot, de business, bref, de choses dont je peux également parler puisque je le fais souvent avec d’autres. Cela dit, je me demande pourquoi nous n’avons pas pu pénétrer dans nos sphères personnelles respectives alors que nous le faisons sans trop de soucis via internet. Peut être qu’après tout ce temps, il est difficile de faire tomber les barrières si facilement, de nouveau. J’aurais eu besoin de plus de temps, et lui aussi je pense.

Lui qui parle peu en messagerie instantanée mais me pose toujours des tonnes de questions très personnelles, il n’a pas arrêté de parler ce soir. Et c’est moi qui ai été plus silencieuse, qui l’ait écouté. Les rôles ont été comme inversés.

Quand il parlait, je pense l’avoir dévoré des yeux, même si j’ai essayé d’être raisonnable, je me suis surprise moi-même lorsque je le voyais détourner le regard.

Et quand moi je parlais, sans forcément le regarder, par deux ou trois fois, lorsque mes yeux se sont retrouvés dans les siens qui me fixaient avec insistance, j’ai eu cette sensation de recevoir un poignard dans le ventre. Il a des yeux révolvers, ou je ne m’y connais pas… Je ne peux pas soutenir son regard quand il me fixe sans rien dire. Il me ferait presque peur. Je perds mes moyens comme une gamine de 12 ans, je ne comprends pas ce qui m’arrive…

Je n’ose même pas imaginer si je devais être près de lui, et qu’il me regarde comme il l’a fait ce soir ; en me parlant tout doucement ; avec son accent irrésistible ; ses intonations inimitables, sa douceur, dans les gestes comme la voix : la tendresse qui se devine en lui malgré sa froideur apparente ; la sensualité qu’il dégage bien malgré lui. Je crois que je risquerais de m’évanouir…

Ces deux heures près de lui, elles sont passées si vite.

C’est lui qui a abordé notre prochaine rencontre, à ma grande surprise…Puis il a disparu, furtivement, me laissant sur mon nuage en remontant dans ma voiture. Il est aussi mauvais que moi pour les au revoir, je pense que nous n’aimons cela ni l’un ni l’autre.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

ombrelle 16/10/2006 08:51

je suis restée scotchée devant ton histoire, j'ai vécu la même sur une période de 3 ans et je me demandais si son prénom n'était pas Sandeep?

Whereistheone, alias Marjorie 16/10/2006 11:59

Lui? non pas du tout :-) Mais c'était aussi un Mister S :-)Ce sera un regret pour longtemps, mais bon, j'aurais essayé... On ne gagne pas à tous les coups

popol2 13/05/2006 21:55

bonsoir,
eh bien ce qui me rassure, c'est de voir que toi aussi tu peux ne pas plaire à une personne qui te plait. on est nombreux comme ça !!! qui c'est qui a fait ce monde ??? y'a un bug !!! (rire)
bonne chance
popol2

Whereistheone, alias Marjorie 14/05/2006 20:53

ben oui, c'est comme ça, mais bon, c'est la vie :-) Bises et bonne chance a toi aussi!!!

popol2 10/05/2006 00:33

Bonjour,
pourquoi cherches-tu ailleur ce que tu as trouvé là ??? tu en parle comme une femme amoureuse non? alors ne le laisse pas partir !!!
 

Whereistheone, alias Marjorie 10/05/2006 09:25

Oui, ben j'ai bien essayé, mais ce fut vain. Monsieur n'a pas de temps pour une relation... Ca veut tout dire, et tant pis pour moi, ce n'est pas la premiere fois que je me prends un rateau ;-)C'est pourtant lui qui me recontacte a chaque fois, va comprendre!

civetta 05/02/2006 23:09

Un tuyau, comme ça, qui devrait te plaire (vu la teneur et le style de ton blog): "L'amour dans la vie des gens", par Sophie Fontanel. Bouquin que je te recommande chaleureusement... C'est extra, percutant, pessimiste et optimiste à la fois. Du coeur et des tripes, style et contenu compris.

Whereistheone, alias Marjorie 05/02/2006 23:18

ok, merci, je le lirai si je le trouve, je cherche justement de quoi passer mes heures aux sports d'hiver fin février alors que je fais pas de ski et que j'ai pas envie de me geler sur les pistes en regardant les autres!!!je n'aime pas skier, mais j'adore lire sur une terrasse! merci bien!

civetta 05/02/2006 23:06

sidérant...de toute façon, le pb avec ce mode de rencontre, c'est que quelque chose est dejà "écrit" avant la rencontre. Il y a un non-dit qui est: celle (ou celui) que je vais rencontrer, je vais peut-être sortir avec (forcément, puisque c'est pour ça qu'on est allé sur le site). Or, je trouve que ça fausse diablement tout: à l'inverse, quand on rencontre quelqu'un par hasard, il n'y a pas ce non-dit préalable qui instaure un je-ne-sais-quoi d'artificiel qui va faire qu'on risque d'etre immediatement scruté plus ou moins consciemment à la loupe de la question: "va-t-il (elle) entrer dans la case amant(e)?"

Whereistheone, alias Marjorie 07/02/2006 10:00

oui c'est toute la magie du hasard en effet, c'est tellement plus beau...Mais comme tout ce qui est précieux, c'est rare.